Le Guide 100% Plongée - Ile de la Réunion Drapeau Anglais Drapeau Français   Logo Facebook Envie de plonger au soleil ? Vignette soleil de la Réunion samedi 25 mai 2019

On ne plaisante pas avec la sécurité en plongée

Par Plongeealacarte - Le 04 mars 2019 Contact par mail Partage Facebook Signaler une erreur
La plongée sous-marine   Guide voyage   L'île de La Réunion

L'homme est vulnérable sous l'eau. Lorsqu'il plonge, il doit prendre de nombreuses dispositions et précautions pour assurer sa sécurité et celle de ses collègues plongeurs.

Les accidents de plongée : ça arrive !

Photo Accident Plongée En France, la plongée sous-marine attire de plus en plus d'adeptes, en quête de dépaysement et de sensations fortes.

Mais plonger ne s'improvise pas. La plongée demande un minimum de compétences, d'exigences et de discipline.


Plonger comporte des risques non négligeables. Les conséquences résultant d'un accident de plongée peuvent parfois être importantes, voire irréversibles (décès, lésions neuroniques ou pulmonaires, ...). Il faut en être conscient.


Chaque plongeur doit être bien formé et bien informé des risques potentiels. Il ne doit pas mettre en danger sa vie, ni celle des autres.



Les types et causes d'accidents

Parmi les accidents de plongée, on a les barotraumatismes dus à la variation de pression, les accidents bio-chimiques dus aux réactions de notre organisme, les
accidents de décompression appelés "ADD", les accidents dus à l'environnement tels que le froid, les noyades, et les blessures en tout genre.

Les causes d'accident sont multiples et variées. Un accident peut par exemple survenir à cause d'un matériel défectueux, d'une mauvaise réaction de l'organisme avec la variation de pression, de conditions météo qui se dégradent subitement, d'un comportement dangereux d'un collègue plongeur, ...

Les accidents de plongée les plus fréquents sont liés à la désaturation, aux barotraumatismes et aux accidents cardio vasculaire d’immersion. La gravité des accidents augmente avec la profondeur. Néanmoins, plus d'un tiers interviennent à moins de 30 mètres de profondeur.


Comment éviter l'accident de plongée ?

Pour minimiser les risques d'accidents, il convient de respecter les règles basiques de sécurité, en se formant correctement aux rudiments de la plongée, en suivant à la lettre les directives des encadrants lors des sorties, en respectant les limites fixées par ses prérogatives, en ne sous-estimant pas le danger, et en ne surestimant pas non plus ses capacités.

N'OUBLIEZ PAS : les accidents n'arrivent pas qu'aux autres. Rappelez vous que vous êtes vulnérable sous l'eau !



Les principales règles de sécurité

Même si on ne peut anticiper toutes les causes d'accident, on peut toutefois mettre toutes les chances de son côté en minimisant les risques. Pour cela, il convient de bien s'encadrer, de bien de se former et de garder à l'esprit des règles basiques mais essentielles durant ses sorties.


Choisissez tout d'abord un centre de plongée où la sécurité est primordial. Des moniteurs qualifiés et expérimentés doivent pouvoir vous conseiller et/ou vous encadrer. N'hésitez pas à vous présenter et à détailler votre passif en tant que plongeur.

Si vous n'avez pas plongé depuis longtemps, dites le ! Faites également une plongée de réadaptation afin de retrouver vos marques. Un plongeur doit au minimum maîtriser sa respiration, son palmage, sa stabilisation quelle que soit la profondeur (à l'aide du poumon ballast et du gilet), faire un lâcher et reprise d'embout, vider son masque, connaître les signes pour communiquer sous l'eau, ...


Pour assurer sa sécurité et celle des autres, respectez la liste des conseils suivants :

Avant la plongée
• Ne plongez pas tout de suite en arrivant de voyage, laissez votre corps récupérer un peu.
• Ne plongez que si vous vous sentez bien.
• Ne tentez pas d'aller sous l'eau avec une sinusite, un rhume, une migraine ...
• Ecoutez et respectez scrupuleusement les directives du directeur de plongée.
• Renseignez-vous sur le site de plongée et les éventuelles difficultés.
• Discutez un peu avec les plongeurs de votre palanquée pour mieux les connaître avant de plonger.
• Mangez léger et hydratez-vous un maximum.
• Vérifiez vos équipements de sécurité : parachute, table de décompression, octopus, ordinateur, ...
• Contrôlez le fonctionnement de vos équipements avant d'aller dans l'eau.

Pendant la plongée
• Respectez rigoureusement les directives du guide planquée lors d'une plongée encadrée.
• Limitez vos profondeurs et vos durées de plongée.
• Restez le plus possible dans la courbe de sécurité.
• Evitez tout effort inutile, restez calme, économisez votre air tout en respirant normalement.
• Remontez toujours doucement, surtout les 10 derniers mètres où la variation de pression est la plus forte.
• Effectuez vos paliers en veillant à rester stable, respectez les durées et les profondeurs nécessaires.
• Forcez-vous à faire un palier de sécurité même s'il s'agit d'une plongée peu profonde.
• Augmentez la durée de vos paliers en cas de soucis durant la plongée (signe de narcose, essoufflement, …).
• Observez bien le comportement de vos collègues plongeurs pour déceler toutes anomalies potentielles.

Après la plongée
• Hydratez-vous pour fluidifier le sang et favoriser l’élimination de l’azote.
• Soyez attentif aux comportements des plongeurs sur le bateau (pour déceler un éventuel problème).
• Ne faites pas de sport, de balades en altitude ou d'apnée après une plongée.
• Ne prenez pas l’avion dans les 24h qui suivent une plongée.
• N'hésitez pas à consulter rapidement un médecin en cas de douleur, de vertiges, ...



Bien s'équiper pour plonger en toute sécurité

Photo Equipements Sécurité Sur un plan individuel, chaque plongeur doit avant tout assurer sa propre sécurité, grâce à une série d'équipements qu'il doit emmener avec lui et maîtriser parfaitement durant sa plongée.

Le plongeur doit porter une combinaison adaptée aux conditions de la plongée prévues. Ce vêtement doit le protéger partiellement du froid ou de toute agression externe (chocs, éraflures, morsures, ...).

Le plongeur (non encadrant) doit également avoir à portée de main, un détendeur de secours (octopus), un ordinateur de plongée, des tables immergeables de décompression, un parachute et un manomètre.


Chaque plongeur peut également compléter son équipement en emmenant une boussole pour se repérer plus facilement, un dévidoir pour retrouver sans chemin lors d'explorations difficiles, un couteau rangé dans son étui, et une lampe de plongée pour explorer les grottes et cavités sous-marines.

Pour éviter tout incident et imprévu, le matériel d'un plongeur doit être régulièrement contrôlé et testé. Il en va de sa vie et de celle des plongeurs de sa palanquée.



Les plongeurs encadrants

Tout centre de plongée doit disposer de plongeurs encadrants qualifiés et expérimentés pour assurer la sécurité des plongeurs.

Parmi les plongeurs encadrants, on retrouve le directeur de plongée présent dans tous types de plongée, le guide de palanquée dans le cas des plongées d'exploration, le moniteur dans le cas des baptêmes et formations.

Le directeur de plongée
L'organisation d'une plongée est systématiquement placée sous la responsabilité d'un directeur de plongée. Sa présence est obligatoire, avant, pendant et après la plongée. Le directeur est en charge de l'organisation, du choix du site de plongée, de la sécurité des participants, et du déclenchement des secours en cas de besoin.

Le directeur de plongée définie également la composition des palanquées, les caractéristiques de chaque plongée (durée et profondeur max). Il peut limiter les prérogatives d'un plongeur s'il considère que ses compétences ne sont pas adaptées.

Le guide de palanquée
Lors d'une plongée d'exploration, les palanquées sont constituées par le directeur de plongée. Chaque palanquée correspond à un groupe de plongeurs qui effectuent ensemble une plongée présentant les mêmes caractéristiques de durée, de profondeur et de trajet, y compris s'ils respirent des mélanges différents.

Dans le cadre d'une plongée encadrée, chaque palanquée dispose d'un guide. Le guide de palanquée est obligatoirement de niveau 4 (ou plus). C'est généralement un plongeur expérimenté qui connait bien le site de plongée.

Le moniteur de plongée
Lors d'une formation, le moniteur est là pour s'occuper des stagiaires, leur enseigner les rudiments de la plongée et assurer leur sécurité. Pour pouvoir enseigner, un moniteur de plongée doit posséder un diplôme d'état. Il peut être consulté au centre de plongée si besoin.



La météo marine

Photo Météo Réunion Globalement, on peut plonger toute l’année à la Réunion. Toutefois, la météo est très changeante sur l'île. Le temps peut également être très différent entre 2 zones distantes de quelques kilomètres seulement.

Il faut consulter la météo avant toute sortie en mer. En cas de mauvaises conditions ou de doutes, la sortie plongée doit être annulée.

Les bulletins de la météo marine sont disponibles à la capitainerie du port, auprès du CROSS (diffusés à heure fixe sur le canal 16), par téléphone au 08 98 68 08 + n° du département, ou sur Internet (www.meteofrance.re).


Les centres de plongée choisissent les spots de plongée du jour en fonction des conditions météorologiques, de la marée, du type de sorties organisé, du niveau des plongeurs, des courants. En cas de forts coups de vent ou de fortes houles généralisées, les centres de plongée mettent en stand by leurs activités.

A la Réunion, la température de l’eau oscille entre 23°C au mois de juillet/aout et 30°C au mois de décembre/janvier. Durant l'hiver, on plonge généralement en combinaison de 5 mm. Durant l'été, les plongeurs utilisent de préférence un shorty (ou une combinaison de 3 mm pour les plus frileux).

Hors de l'eau, il faut se protéger du soleil et du vent. Il est très facile d'attraper de méchants coups de soleil à la Réunion. En mer, l'air est plus frais et le vent plus présent.



L'environnement sauvage

Chaque plongée est différente, chaque environnement l'est aussi. A la Réunion, la faune, la flore, les courants, le relief, ... sont particuliers. Le plongeur peut être surpris par des espèces inconnues, par un relief ou un courant difficile à appréhender.

Avant chaque plongée, il convient de bien s'informer sur les spécificités du site qu'on va explorer. Pendant la plongée, il faut rester vigilant notamment si on ne connaît pas bien le site. Un poisson pierre ou une rascasse volante, un fil de pêche à l'abandon, une houle soudaine, des coraux ou des roches aiguisées comme des lames de rasoirs ... autant de dangers potentiels pour les plongeurs qui sont vulnérables sous l'eau.

Le respect des recommandations du guide de palanquée est indispensable. Même si peu d'accidents de plongée sont à déplorer à la Réunion, il est important de rappeler que l'Océan Indien reste imprévisible et que le relief ne ressemble pas à des bancs de sable interminables. Les magnifiques failles, patates de coraux, les arches sous-marines peuvent malmener le plongeur et rendre l'orientation difficile.



Les assurances

Lorsqu'on pratique un sport, de façon régulière ou occasionnelle, on s'expose à des dangers potentiels non négligeables. S'il agit d'un sport considéré à risque, les dangers sont encore plus grands. Il est donc indispensable de s'assurer correctement lorsqu'on pratique la plongée sous-marine.

En France, lorsqu'on est licencié à la FFESSM, on bénéficie automatiquement d'une Assurance Responsabilité Civile. On est donc assuré pour les dommages corporels, matériels et/ou immatériels dont on est responsable vis à vis d’autrui, dans le cadre de la pratique des activités de plongée, dans le monde entier.

D'autres assurances optionnelles peuvent être souscrites par l'intermédiaire de la FFESSM si besoin. Il s'agit par exemple de l'Assurance Individuelle Accident (avec les options Loisir 1, Loisir 2, ou Loisir 3) ou de l'Assurance Voyages Plongée (avec les options Loisir 1 Top, Loisir 2 Top, Loisir 3 Top). Tandis que la première couvre le licencié pour ses propres dommages corporels (dont les frais de caisson hyperbare) sans tiers responsable identifié, la seconde se charge de couvrir les frais en cas d'annulation ou d'interruption d'un voyage plongée.

Les contrats d'assurance proposés par l'intermédiaire de la fédération ont été négociés avec Axa Corporate Solutions et Axa Assistance par Lafont Assurances.
Pour en savoir plus, nous vous conseillons de consulter ce site : Site du Cabinet Lafont



Le caisson de décompression

Photo Caisson de décompression De nombreuses conditions sont réunies à la Réunion pour favoriser les accidents de plongée :

• l'île de La Réunion est une destination touristique où les vacanciers sont souvent des plongeurs occasionnels,

• malgré les recommandations des centres de plongée, les plongeurs sont tentés de pratiquer des activités physiques intenses (rando pédestre, vtt, ...) ou des excursions en altitude (randonnées dans les hauts, vol en hélico, ...) juste après avoir plongé,

• les fonds marins de la Réunion permettent de plonger sur des fonds profonds ...


Fort heureusement, l'île de la Réunion dispose d'un caisson hyperbare et d'un personnel qualifié en Oxygénothérapie Hyperbare.

Le caisson de décompression est installé au sein du service d'urgence de l’Hôpital de Saint Pierre. Une permanence est assurée 24h/24. Le service traite de nombreuses pathologies dont les accidents de plongée.


Zoom sur les accidents de décompression (ADD)

Les ADD peuvent toucher tous les profils de plongeurs et survenir à n'importe quelle profondeur. Les accidents graves comme la narcose ou les cas de surpression par remontée trop rapide sont rares. En revanche, les cas d'accidents de décompression sont fréquents. En cas d'accident grave, il est indispensable d'intervenir dans un délai de 3 heures maximum.

Un plongeur qui ressent après une sortie de la fatigue, des nausées, des fourmillements, une sorte de mal de mer, doit rester vigilant et prévenir immédiatement son entourage. Ces symptomes peuvent être des signes annonciateurs d'un accident de décompression.

Le plongeur doit alors être mis sous oxygène par les secours et être conduit au plus vite à l'unité de soin hyperbare de Saint-Pierre, ouvert 7j/7 24h/24.



Les paliers et temps de récupération


Le respect des paliers de décompression

Durant une plongée à l'air comprimé, le plongeur accumule une grande quantité d'azote dans les tissus et dans le sang. Plus la plongée est profonde, plus son sang et ses tissus sont chargés en azote. Plus la durée de la plongée est longue, plus le phénomène est amplifié.

En fin de plongée, le plongeur doit toujours remonter doucement afin de laisser l'azote soluble s'évacuer naturellement par les poumons lors de la respiration. S'il remonte trop vite, sous l'effet de la pression qui diminue trop rapidement, l'azote tentera de s'évacuer comme peut le faire le gaz d'une bouteille de soda qu'on ouvre rapidement. Des bulles d'azote se formeront alors dans les tissus du corps. Elles pourront provoquer des troubles relativement importants voire mortels.

Le plongeur bouteille doit prendre son temps à la remontée et effectuer des paliers de décompression si besoin, le temps d'évacuer naturellement l'azote accumulée. Le temps du palier de décompression est variable selon plusieurs critères. Il dépend notamment de la profondeur maximum atteinte et du temps de la plongée. Pour le déterminer avec précision, on utilise des tables de décompression ou un ordinateur de plongée (voire les deux).

Les paliers de décompression s'adressent à tous les plongeurs, sans exception. Pour les plongées ne dépassant pas 12 mètres de profondeur, un palier dit "de sécurité" de 3 mn à 3 mètres est réalisé. Durant les explorations traditionnelles effectuées sur de petites profondeurs, le guide de palanquée s'arrange parfois à faire le palier durant la balade en remontant progressivement.

Le respect des paliers de décompression est vital pour les plongeurs car il permet de laisser le temps à l'organisme de rejeter une grande partie de l'azote accumulée et ainsi prévenir d'éventuels accidents. Lorsqu'on effectue son palier, il est indispensable de bien ventiler, de rester calme, de ne pas faire d'effort, de rester stable afin de garder la bonne profondeur.


Le respect des temps de récupération

Lorsque le plongeur effectue ses paliers de décompression, il n'évacue qu'une partie de l'azote qu'il a accumulé durant sa plongée. Il convient donc de respecter un certain nombre de règles suite à une plongée, afin d'éviter toute complication.

Il ne faut pas prendre l’avion le jour même ou éviter les montées ou randonnées en altitudes. Il ne faut pas non plus faire de l'apnée après une plongée. Le corps doit au contraire ventiler pour évacuer.

Durant une plongée, l'organisme est fortement sollicité et chamboulé. Il convient donc de le laisser au repos pour qu'il récupère. Il ne faut pas réaliser d'effort physique, en particulier s’il sollicite le système cardiovasculaire (pas de natation, de VTT ou de rando par exemple). Il faut boire beaucoup d'eau pour fluidifier le sang et ainsi favoriser l'élimination de l'azote.

Un plongeur doit être attentif à toute éventuelle douleur qui surviendrait dans les 24 à 48h après la plongée. En cas de doute, il ne doit pas hésiter à consulter son médecin en urgence.

Crédits photos - La sécurité en plongée

A CONSULTER EGALEMENT
Le matériel de plongée
Les plongeurs débutants
Les enfants : plongeurs ou pas
Les documents pour plonger
La sécurité des plongeurs
La charte du plongeur
Le lexique de la plongée
VENEZ PLONGER A LA REUNION !
Cliquez ici ...
UNE QUESTION ?